Mariama Abdoulaye, promotrice de TM Agro-industrie révolutionne la production de « AWARA » au Niger

Mariama Abdoulaye est une femme pas comme les autres, en témoigne jusque là son parcours unique et inspirant.  Géologue de formation, femme de terrain, elle épate plus d’un par son dynamisme et son esprit entrepreneurial. Promotrice de TM Agro-industrie une startup qui produit et commercialise des produits agroalimentaires, son entreprise a le privilège d’être incubée au CIPMEN. Sa créativité n’a pas de limite, du domaine minier, à l’Agrobusiness et à l’art plastique, Marie est une serial entrepreneure typique.    

0

Qui est Mariama Abdoulaye ?

Marie: Je suis double diplômée (Mines-géologie et Génie civil) de l’Ecole des Mines de l’Industrie et de la Géologie (EMIG) du Niger. Je suis jeune serial entrepreneur nigérienne travaillant dans trois (3) domaines : les mines, l’Agrobusiness et l’art plastique.

Mariama Abdoulaye sur le terrain

Vous êtes géologue de formation, vous travaillez dans le domaine minier, c’est rare pour une femme au Niger. Est-ce une passion ?

Marie: Ma passion pour le terrain date du lycée quand j’ai choisi la série F4 (génie civil). Depuis j’ai toujours travaillé dans les même conditions que les hommes sur les chantiers, souvent en plein désert. Il est vrai que c’est rare de voir des femmes travailler dans le domaine minier. A l’EMIG j’étais la seule femme géologue de ma promotion. En 2010-2013 j’étais restée la seule femme de mon département (Groupe géologie) à la COMINAK.  Je suis actuellement la seule femme dirigeante d’une société minière au Niger.  Mais il faut le dire depuis un certain temps on assiste de plus en plus à un changement de mentalités.

 Marie est une entrepreneure dans l’âme. Vous avez entrepris plusieurs projets qui sont tombés à l’eau, mais loin de vous décourager vous reprenez toujours à Zéro. Parlez-nous de ces échecs et des leçons tirées ?

Marie: La persévérance est l’une de mes qualités dont je suis le plus fière. J’ai du mal à reconnaitre les échecs; pour moi il ya tout simplement un problème qu’il faut corriger pour la suite. Les échecs sont des expériences pour un entrepreneur et cela n’entrave en rien mes rêves et mes objectifs.

S’agissant d’échecs, ils sont en général liés au manque d’information et souvent de moyens. A cela s’ajoute le fait qu’au Niger certaines personnes profitent des idées et de la confiance des autres. Nous avons raté deux (2) projets dont un projet de ballast pour chemin de fer dans la commune de Sambera (Gaya) et un autre de gravier roulé à Karey gorou (Niamey rive droite) suite a ce genre de problème.

On l’a compris marie est une battante. Votre esprit d’initiative vous a valu d’être sélectionnée au Yali-Dakar, parlez nous de votre passage dans ce programme ?

Marie: Le Yali est expérience unique et inoubliable. C’est une formation très pratique, hors paire qui m’as permis de découvrir et confirmer qui je suis mais surtout d’apprendre à mieux gérer mes activités.

Aujourd’hui quels sont les projets sur lesquels vous travaillez ?

Marie: Pour ce qui est de mes projets je travaille:

  • Les mines

Je travaille sur un projet de pavés en partenariat avec le PNUD dans le cadre du programme ACP–EU en faveur des minéraux de développés négligés, le même projet qui m’a valu la sélection pour le Yali Dakar.

Nous élaborons également des objets de décoration de bureau à base de roche.

  • L’Agrobusiness

Je dispose d’une installation de production moderne  du fromage de soja (AWARA), la toute première au Niger. Je produits également des boulettes à bases de soja, produits innovants plus délicieux que le fromage (d’après mes clients).

Je produits aussi les chips de patates douces et de taro.

  • L’art plastique

Après une formation rapide à l’Ecole Nationale des Arts de Dakar, je me suis lancée tout récemment. Je travaille actuellement avec un artiste peintre du village artisanal de wadata.

Je produis des tableaux à base de sable, des pots d’argiles décorés au sable (pour fleurs, encens, jardin…).

 

« Awara » et Chips de Patate Douce

Vous êtes la promotrice de TM Agro-industrie, vous produisez et commercialisez de façon industrielle du fromage de Soja connu sous le nom de « Awara » au Niger, parlez-nous de ce projet entreprise ?

Marie: D’abord TM Agro-industrie produit et commercialise du fromage de soja, des boulettes de soja et chips.

« Awara » est produit de façon traditionnelle par les femmes ménagères au Niger. L’idée du projet est partie du constat suivant lequel beaucoup de personnes veulent consommer le « awara » mais le manque d’hygiène que comporte la production artisanale leurs en empêche. J’ai voulu répondre à ce problème en proposant une production industrielle. J’ai constaté aussi que la production artisanale n’est pas efficiente. En ce sens j’ai voulu aider ces femmes en leurs vendant le « Awara » frais dont l’étape de production est la plus difficile. Elles auront seulement à frire et vendre. Ce qui leur permettra de gagner en temps et économiser en énergie. Malheureusement le niveau d’investissement actuel ne permet pas de déployer le projet totalement.Nous produisons et vendons en détail également au même titre que les femmes productrices.

TM Agro-industrie est incubé à CIPMEN (centre incubateur des petites et moyennes entreprises du Niger) depuis janvier 2017.

En tant que femme entrepreneure quels sont les défis auxquels vous faites face dans le contexte Nigérien ?

Marie:  Au Niger comme dans la majorité des pays la femme est considérée comme maitresse de maison ni plus ni moins. En ce sens le premier défis c’est de montrer que la femme peut aussi tout faire au même titre que l’homme. D’autre part les jeunes aiment chercher du boulot plutôt que d’en créer. C’est l’occasion pour moi de donner l’exemple et montrer que tout est possible tant qu’il ya la volonté.

Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

Marie:  En tant que visionnaire, mon premier souci c’est l’avenir. Je compte améliorer et élargir mes activités dans tous les trois (3) domaines. Ma vision est déjà en marche. Je travaille sur l’amélioration des mes produits, bien que parallèlement je travaille sur d’autres produits nouveaux.

Vos conseils pour les jeunes qui aspirent à l’entrepreneuriat ?

Marie:   J’invite toute la jeunesse nigérienne à se mobiliser pour le changement, car l’avenir est dans les rêves et seuls ceux qui se réveillent, déterminés à les réaliser l’atteindront.

AMINATOU H DIALLO

Comments

comments

LEAVE A REPLY